Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sahara occidental occupé

Le sahara occidental occupé

Actualités sur le conflit du sahara occidental


La France trouverait ainsi un rôle à la mesure de son histoire

Publié par Hassan Le sahraoui sur 31 Mars 2016, 02:52am

Catégories : #lesaharaoccidental

Lamamra appelle la France à revoir son attitude

Jean-Marc Ayrault et Ramtane Lamamra, hier, lors d’une conférence de presse à Alger. © aps

“La France trouverait ainsi un rôle à la mesure de son histoire, de son pouvoir et de ses responsabilités dans le soutien et la conduite d’un processus qui permettra au Maghreb arabe d’aller vers un destin collectif et unitaire avec la satisfaction du droit naturel du peuple sahraoui à l'autodétermination”, a affirmé Lamamra.

Saisissant l’occasion du passage à Alger du chef de la diplomatie française, le ministre d’État et ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a appelé Paris à soutenir un processus conduisant à l’autodétermination du Sahara occidental. “Nous avons toujours bon espoir que l'administration du président François Hollande va aider la région à régler cette question dans le cadre de la légalité internationale et dans la satisfaction de la doctrine des Nations unies en matière de décolonisation”, a-t-il déclaré, hier, lors d’une conférence de presse tenue conjointement avec son homologue français Jean-Marc Ayrault, en visite à Alger.
L’interpellation sera d’autant plus vive que le ministre algérien a d’emblée qualifié ce sujet comme “l’un des principaux points de désaccord entre la politique extérieure de l’Algérie et celle de la France”, et cela, depuis 40 ans.
Pour le chef de la diplomatie algérienne qui se défend d’être un “historien”, la France trouverait, ainsi, “un rôle à la mesure de son histoire, de son pouvoir et de ses responsabilités dans le soutien et la conduite d'un processus qui permettra au Maghreb arabe d'aller vers un destin collectif et unitaire avec la satisfaction du droit naturel du peuple sahraoui à l'autodétermination”. Lamamra n’a pas manqué de rappeler que l’affaire, toujours pendante devant les Nations unies, connaît à présent un “tournant crucial, peut-être décisif” avec la présentation prochaine du rapport du secrétaire général Ban Ki-moon sur la question sahraouie. Ramtane Lamamra émettra à cette occasion le souhait de l’Algérie de voir les Nations unies “prendre les décisions qui s’imposent afin que la communauté internationale puisse, enfin, s'acquitter de ses responsabilités historiques pour l'autodétermination du peuple du Sahara occidental”. Gêné aux entournures, le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, Jean-Marc Ayrault, tentera d’aplanir ladite divergence. Pour lui, le conflit du Sahara occidental qui dure depuis 40 ans est “une question délicate, difficile”, mais qui ne doit pas constituer “une pierre d'achoppement dans l'amitié entre la France et l'Algérie”. “C’est l'état d'esprit qui est le mien, du gouvernement et du président François Hollande”, a-t-il tenu, du moins, à rassurer. Le chef de la diplomatie française a même exprimé son souhait que le mandat de la Minurso, une fois arrivé à terme, soit renouvelé. “Concernant le Sahara occidental, la position de la France est toujours la même. Nous sommes pour que la Minurso puisse mettre en œuvre sa mission”, a-t-il souligné en faisant allusion à la position marocaine visant à vider de sa substance la mission onusienne.
Jean-Marc Ayrault ne manquera pas d’évoquer, en outre, les derniers développements en mettant en exergue “tout le travail de dialogue” entrepris ces dernières semaines par la France, un pays qui soutient ouvertement le plan d’autonomie de Rabat “pour que la relation entre les partenaires régionaux, notamment le Maroc et l’ONU, s’apaise”. “Nous avons assisté à des tensions que nous ne pouvons pas ignorer (...). Parfois, on nous a reproché d’entreprendre cette démarche, mais celle-ci avait un but d'apaisement.” Attendons pour voir ! Mohamed-Chérif Lachichi

Nous sommes sociaux !