Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sahara occidental occupé

Le sahara occidental occupé

Actualités sur le conflit du sahara occidental


Pas de paix sans référendum d'autodétermination au Sahara Occidental

Publié par Hassane Le sahraoui sur 7 Juin 2008, 02:35am

Catégories : #lesaharaoccidental

Pas de paix sans référendum d'autodétermination au Sahara Occidental L’intransigeance du Front Polisario 

S’exprimant à l'occasion d'une cérémonie tenue au palais de la Culture à Alger, pour le trente-cinquième anniversaire de la création du Front Polisario et du déclenchement de la lutte armée au Sahara occidental, l’ambassadeur sahraoui a affirmé jeudi que la paix au Sahara occidental et dans la région n'était pas possible sans la tenue d'un référendum “libre, juste et régulier” pour le peuple sahraoui. Intransigeant, Brahim Ghali, le représentant diplomatique sahraoui dans la capitale algérienne, a écarté, jeudi devant un parterre de diplomates étrangers accrédités à Alger, d'homme politiques, d'élus, de membres de la société civile et de journalistes, toute possibilité d’une paix avec le Maroc si le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination n’était pas respecté. “Il n'est possible d'atteindre une paix réelle et durable dans notre région qu'à travers une solution juste, définitive et démocratique, et ce, en permettant au peuple sahraoui de décider de son avenir dans un référendum libre, juste et régulier”, a-t-il déclaré. Dans le même ordre d’idées, il a ajouté : “Nous réitérons notre volonté sincère d'œuvrer pour aboutir à une solution juste et définitive qui permette à notre peuple d'exercer son droit à l'autodétermination et de choisir son futur en toute liberté.” La solution du référendum défendue par le Front Polisario, seul représentant légitime du peuple sahraoui, est “basée sur le respect des principes de l'Onu et de sa Charte”, a expliqué le diplomate sahraoui. Plus catégorique, il dit : “Toute tentative visant à ignorer ou à confisquer les droits de notre peuple est vouée à l'échec, comme celles qui ont échoué depuis 1975.” Il avertit que “toute tentative visant à dénaturer le conflit ou à le sortir de son cadre historique et légal est vouée à l'échec et ne peut que faire engouffrer la région dans plus de tension et d'instabilité”. L’obstination du Maroc à refuser de permettre au peuple sahraoui de décider librement de son avenir, alors que trente-cinq ans “de lutte et de résistance du peuple sahraoui est une réalité accablante qui nécessite du gouvernement marocain de traiter avec la réalité sahraouie en toute objectivité et avec courage et réalisme politique”, a souligné Brahim Ghali, qui est l'un des négociateurs du Front Polisario aux pourparlers avec le Maroc, lesquels ont commencé en juin dernier sous l'égide de l'Onu. Il a notamment relevé qu'il incombait à la communauté internationale de “défendre la légalité internationale qui assure au peuple sahraoui le droit à l'autodéfense, à la dignité de sa patrie et à recouvrer ses droits légitimes par tous les moyens”. Par ailleurs, l’ambassadeur sahraoui a mis l’accent sur le fait que le conflit au Sahara occidental oppose la “logique du colonialisme, de l'injustice, de l'oppression et de l'expansionnisme adoptée par le gouvernement marocain, et la logique de la légalité internationale et du respect des principes de l'Onu et de sa Charte, revendiquée par le peuple sahraoui”. Il indique que “la perpétuation de la présence coloniale au Sahara occidental au XXIe siècle constitue un affront que ni le peuple sahraoui ni la communauté internationale ne tolèrent”. Brahim Ghali dénonce le fait que “l’occupant marocain exerce, en toute impunité, les plus atroces formes de violation des droits de l'homme, viole les libertés, pille les ressources naturelles, impose un siège militaire et sécuritaire sur les territoires sahraouis occupés et empêche les observateurs et journalistes indépendants d'y accéder”. Enfin, il signale que le 35e anniversaire du Front Polisario coïncidait avec le 3e anniversaire de l'“intifadha pour l'indépendance”, menée depuis le 21 mai 2005 par les populations sahraouies dans les territoires occupés par le Maroc. Selon lui, cette “intifadha a mis en échec les manœuvres de l'occupant marocain et ses politiques colonialistes, le démasquant en tant que régime colonial cruel pratiquant une oppression systématique et la torture interdite internationalement contre des citoyens civils sans protection”. K. ABDELKAMEL
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !