Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sahara occidental occupé

Le sahara occidental occupé

Actualités sur le conflit du sahara occidental


Joutes madrilènes autour du rapport Annan

Publié par Hassane A sur 22 Avril 2006, 01:48am

Catégories : #lesaharaoccidental

UNE CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LE SAHARA OCCIDENTAL EN ESPAGNE

Joutes madrilènes autour du rapport Annan

La conférence, qui coïncide avec la présentation du rapport de Kofi Annan sur le Sahara Occidental au Conseil de Sécurité, se veut une opportunité pour clarifier les positions sahraouies.

Une conférence internationale d’une journée sur les derniers développements de la situation au Sahara Occidental s’est tenue, hier, à Madrid. Loin d’être un hasard de calendrier, le timing de cette conférence, dont les travaux ne devaient commencer qu’à 18h, coïncide, soulignent des responsables sahraouis, avec la présentation du rapport du secrétaire général des Nations unies, M. Kofi Annan, sur le Sahara Occidental au Conseil de sécurité de l’ONU, rapport basé sur le travail de Peter Van Walsum, envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara Occidental. Brahim Ghali, un historique du Front Polisario (il en était le premier SG), aujourd’hui chef de la délégation de la RASD en Espagne, a indiqué que “l’objet de cette conférence est de clarifier notre position sur ce qui circule actuellement dans les médias et les propositions des uns et des autres. Cela coïncide avec le rapport du SG de l’ONU qui précédera la résolution du Conseil de sécurité relative au conflit”. 
Cette conférence est organisée par la Task Force (Coordination européenne des associations de soutien au Sahara Occidental), la Coordination des associations espagnoles solidaires du peuple sahraoui (CEAS-Sahara) et la Fédération des institutions espagnoles solidaires du peuple sahraoui (Fedissah). Dans la liste des participants, figurent notamment le nom de Mme Karin Sheele, présidente de l’intergroupe parlementaire “Paix pour le peuple sahraoui” au sein du Parlement européen. On notera également l’intervention de représentants d’ONG espagnoles qui avaient été empêchées récemment de se rendre à Al-Ayoune. Côté algérien, il faut relever la participation de MM. Mahraz Lamari, président du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui ainsi que du député FLN Saâd Zougari, président de l’intergroupe parlementaire de soutien au peuple sahraoui. Invitation a été faite aussi aux ambassadeurs des pays qui reconnaissent la RASD. Mais la principale allocution reviendra au président de la RASD, Mohamed Abdelaziz. Cette conférence intervient ainsi peu de temps après la récente visite de Kofi Annan en Espagne. L’Espagne qui, de l’avis de Brahim Ghali, a marqué un recul dans ses positions. C’est ce que laissent entendre en tout cas les déclarations mitigées du chef de la diplomatie espagnole Miguel Angel Moratinos. “L’attitude de l’Espagne depuis quelque temps se rapproche de plus en plus de celle de la France”, regrette notre interlocuteur. Au niveau diplomatique, petite anicroche avec le retrait par Idriss Deby de la reconnaissance de la RASD par N’djamena en contrepartie du soutien de Paris à son gouvernement menacé.
C’est une semaine décisive qui s’annonce donc pour les Sahraouis. Une semaine d’un lobbying intensif, estime Brahim Ghali qui expliquera doctement la mécanique des jeux d’influence au sein de la plus haute instance onusienne : “Il y a le club des amis du secrétaire général et c’est avec ceux-là que va se discuter le rapport. Ce club n’est pas à confondre avec les États membres du Conseil de sécurité. Il s’agit des États-Unis, de la France, de la Russie, de la Grande-Bretagne et de l’Espagne en tant qu’ancienne puissance colonisatrice. Si ces cinq tombent d’accord, ils rédigeront un brouillon de résolution qu’ils n’auront pas de mal à faire adopter par les autres membres du conseil”, subodore-t-il.
Pressé pour livrer des bribes sur le fameux rapport, l’ancien SG du Front Polisario avoue : “Franchement, je n’ai pas d’idée sur son contenu”, avant d’ajouter : “Je pense que les efforts du secrétaire général vont se concentrer sur la façon de convaincre le Conseil de sécurité de ramener les deux parties à reprendre les négociations sans condition et sans agenda préétabli.”
Hier, en milieu d’après-midi, l’agence de la RASD Sahara Presse Service a mis sur le fil quelques extraits du rapport de Kofi Annan soumis aux membres du Conseil de sécurité. On y relève notamment le refus catégorique du SG de l’ONU d’envisager un plan de paix qui sacrifie le référendum d’autodétermination. Annan prône sans ambages des négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario. Enfin, le SG des Nations unies a recommandé dans son document une prorogation de six mois du mandat de la Minurso, soit jusqu'au 31 octobre prochain “pour stabiliser et superviser le cessez-le-feu et dans l'espoir de faire des progrès dans le processus de décolonisation du territoire”, souligne l’agence SPS.
À la délégation du Front Polisario à Madrid, une déclaration en langue espagnole a été remise à la presse. Il s’agit de la réaction exprimée par le représentant du Polisario à New York, M. Ahmed Boukhari, au rapport Annan. Tout en se félicitant des éléments positifs contenus dans ce rapport, Ahmed Boukhari a estimé en substance que des négociations directes avec le Maroc n’auraient aucun sens tant que Rabat ne reconnaisse pas au peuple sahraoui son droit à l’autodétermination.
D’ailleurs, cette conférence se veut une riposte au projet marocain d’autonomie “élargie” ; projet dont le document allait être versé au Conseil de sécurité avant d’être retiré. Rappelons que Mohammed V vient de créer pour les besoins de ce projet un organe consultatif spécial Sahara, le Corcas : Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes. Il est présidé par un notable sahraoui : Khalli Henna Ould Erachid. “Le Corcas n’est qu’une carcasse vide”, ironise Brahim Ghali. 
M. B

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !