Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sahara occidental occupé

Le sahara occidental occupé

Actualités sur le conflit du sahara occidental


Nouvelle déception pour le Maroc

Publié par Hassane A sur 7 Juin 2006, 23:41pm

Catégories : #lesaharaoccidental

Le congrès espagnol réitère son soutien à l’autodétermination
 

Nouvelle déception pour le Maroc, qui voit ses projets "autonomistes" contrariés par les résolutions du congrès espagnol appelant au respect du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.

Alors que le Chef du gouvernement espagnol semblait épouser jusque-là la position française favorable à une autonomie au Sahara occidental, les élus du congrès ont adopté avant-hier deux résolutions, qui exigent le respect du droit à l’autodétermination des Sahraouis. Présenté à l’initiative du groupe parlementaire Coalition canarienne, le premier projet de résolution qui a été voté à la majorité des membres de la chambre, appelle à appuyer les droits légitimes de la population sahraouie à exercer son droit, reconnu, à l’autodétermination, à travers un référendum libre et sans contrainte d’aucune sorte. Il est aussi demandé que le gouvernement marocain soit instamment appelé à respecter les droits de l’Homme et permettre l’accès permanent aux territoires occupés des observateurs et de la presse internationaux. Le texte exprime  également un appui total à la résolution 1495 (Plan Baker II) du Conseil de sécurité de l’ONU, approuvée à l’unanimité et qui représente le consensus de la communauté internationale pour mettre fin à cette tragédie qui dure déjà depuis plus de 30 ans. La résolution souligne la nécessité de défendre activement les points précités dans les forums internationaux, devant les parties impliquées, les pays de la région et, expressément, devant le gouvernement marocain. Elle considère surtout que c’est l’unique manière de s’acquitter de la dette historique, juridique et morale envers les innocents de cette tragédie, la population sahraouie, respecter la légalité internationale et favoriser dans la région un climat de sécurité, de développement social et de respect de la démocratie et des droits de l’Homme. Il y a lieu de signaler qu’il est rappelé dans le préambule de la résolution, que le congrès a réclamé, en maintes occasions, une position claire en faveur du Plan Baker en tant que proposition élaborée par les Nations unies en raison du blocage du processus de paix au Sahara occidental et de la répression exercée par les autorités marocaines contre la population sahraouie des territoires occupés. La deuxième résolution, présentée conjointement par le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et le parti Izquierda unida-ICV et adoptée par les élus espagnols, demande au gouvernement de Jose Luis Rodrigues Zapatero d’appuyer l’action du secrétaire général des Nations unies et de son envoyé personnel ainsi que celle de la Minurso et de défendre la nécessité d’arriver, dans le cadre des Nations unies et en accord avec les termes de la résolution 1675 du 28 avril 2006, à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, qui prévoit l’autodétermination du peuple du Sahara occidental. Enfin, selon cette seconde résolution, le gouvernement espagnol s’engage à promouvoir le respect des droits de l’Homme dans les territoires du Sahara occidental et à augmenter l’aide humanitaire et la coopération technique avec les camps de réfugiés sahraouis, utilisant, à cet effet, tous les instruments disponibles de la coopération publique, incluant l’Agence espagnole de coopération internationale, les communautés autonomes et les entités locales ainsi que les ONG espagnoles. Le vote de ces deux résolutions intervient au moment où Jose Luis Rodrigues Zapatero est lâché par le Parti populaire sur le plan interne sur la question des négociations avec l’ETA.
Le parti de l’ancien Premier ministre, Jose Maria Aznar, a indiqué qu’il  rompait toute relation avec le gouvernement socialiste, en raison de la manière dont il traite la question du processus de paix qui devrait suivre le cessez-le-feu permanent déclaré par l'organisation séparatiste basque ETA. Devant cette situation, Zapatero, qui devait annoncer des pourparlers imminents avec ETA, préfère attendre le 18 juin prochain, date à laquelle les électeurs du nord de la Catalogne doivent se prononcer par référendum sur un nouveau texte qui donne à la région une autonomie encore plus importante. 
K. ABDELKAMEL

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !