Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sahara occidental occupé

Le sahara occidental occupé

Actualités sur le conflit du sahara occidental


Nous plaidons pour un rôle positif des USA et de l’UE

Publié par Hassane A sur 4 Octobre 2006, 02:16am

Catégories : #lesaharaoccidental

Mohamed Sidati à Liberté

Liberté : Que répondez-vous à ceux qui mettent en avant la stabilité du Maroc ?


Mohamed Sidati : La stabilité est une revendication de tous les peuples. Mais, on ne peut sacrifier la stabilité du Maghreb sous le prétexte de défendre la stabilité du royaume du Maroc.

Comment se présente la situation humanitaire des réfugiés sahraouis ?


Elle est de plus en plus grave. Samedi dernier, le Croissant-Rouge sahraoui (C-RS) a tiré la sonnette d’alarme en interpellant les pays donateurs, les organisations internationales, les organisations gouvernementales et les ONG. Il les a informées du risque d’une véritable famine des réfugiés, car il y a crainte de la rupture du stock de sécurité des aliments de base, fourni par le PAM et financé par la direction générale de l’aide humanitaire européenne (Echo).
Pour le C-RS, la principale cause de cette situation difficile revient au manquement d'honorer leurs engagements des agences de l'ONU et particulièrement le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et le PAM, qui se sont pliés aux pressions du gouvernement marocain et de ses alliés pour affamer les réfugiés sahraouis.

Votre commentaire sur la position européenne ?


Le Maghreb est une région de première importance pour l’Europe. Mais, cette Europe est piégée par la position de la France et de l’Espagne, qui sont impliquées dans le conflit. Il est clair que l’UE, en tant qu’entité, peut contribuer à l’avènement d’une solution juste et durable, à même d’asseoir une réelle stabilité dans la région. Pour revenir à l’Espagne, nous attendons de voir un rôle de l’État différent de celui du gouvernement, qui est en porte-à-faux avec la solidarité agissante de la société civile espagnole. Nous attendons une attitude claire concernant le droit à l’autodétermination, une attitude qui plaide pour le plan de paix.
Pour ce qui est de la France, nous lui lançons un appel de paix pour qu’elle révise sa position : on ne peut construire un partenariat franco-maghrébin sur le cadavre du peuple sahraoui.

Et sur la position américaine ?


Il y a des tentatives, côté français, d’entraîner les USA à adopter une position similaire… En ce qui nous concerne, nous continuons à plaider, auprès des États-Unis et de l’Europe, pour qu’ils jouent un rôle positif en faveur du droit à l’autodétermination.

On parle aujourd’hui de divergences au sein du conseil, installé par le roi Mohammed VI au Sahara occidental…


Dans la question sahraouie, il y a deux parties internationalement reconnues, notamment par les Nations unies, à savoir le Front Polisario et le Maroc. J’ajouterai que l’objectif attendu à travers l’installation du Corcas est de “sahraouiser” le conflit, alors que celui-ci est un problème de décolonisation inscrit dans l’agenda de l’ONU depuis les années 1960.
Propos recueillis par H. A

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !