Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sahara occidental occupé

Le sahara occidental occupé

Actualités sur le conflit du sahara occidental


Les eurodéputés déplorent

Publié par Hassane A sur 7 Octobre 2006, 03:58am

Catégories : #lesaharaoccidental

ils n’ont pas été autorisés à visiter le Sahara Occidental
Les eurodéputés déplorent vivement le refus de Rabat

Des eurodéputés ont vivement déploré, jeudi, le refus de Rabat, notifié par le président de la Chambre des représentants marocains, Abdelwahad Radi, d’autoriser la visite au Maroc d’une délégation ad hoc du Parlement européen. Les députés européens Raül Romeva (Verts/ALE) et  Karin Scheele (PS européen) se sont déclarés “surpris” par l’annulation par Rabat de cette visite prévue ce jeudi, pourtant convenue “depuis de longs mois avec le Maroc”. La délégation ad hoc, elle, déplore le “revirement” d’Abdelwahad Radi, qui “assurait jusqu'au 26 septembre que la Chambre ne ménagera aucun effort pour la réussite de la visite de la délégation”. Or, le 2 octobre, rappelle la délégation, à moins de 48 heures avant le départ de celle-ci pour Rabat et El-Ayoune, M. Radi a demandé le report de cette visite, alléguant que “tout rapport de la délégation ne serait qu'un plaidoyer des thèses de l'Intergroupe (pour le Sahara occidental)” et du Front Polisario.  Les deux eurodéputés, Romeva et Scheele, ont également rejeté le prétexte selon lequel trois des cinq membres font partie de l'Intergroupe Paix pour le Sahara occidental, ce qui est considéré, par le président Radi, comme un facteur de partialité. Ils rappellent que, pour sa part, la délégation ad hoc, depuis sa création par le Parlement européen, “a toujours accepté de recevoir toutes les personnes que la délégation marocaine a proposées, et à aucun moment, l'orientation idéologique de ces dernières n'a été demandée”.
D'autre part, arguent-ils, bien que le mandat de la délégation ne l'établisse pas, la délégation a accepté, “après beaucoup de négociations”, d'effectuer la visite en deux parties. La première partie consistait à visiter l'Algérie et la seconde le Maroc. Toutefois, alors que “la première partie du programme” a pu avoir lieu sans grandes complications, la visite au Maroc “a toujours été sujette à des obstacles de tout type”.
Les eurodéputés jugent “extrêmement préoccupant qu'un gouvernement tiers intervienne dans la composition d'une délégation du Parlement européen”, ce qui suppose une attitude de “mépris” envers l'institution. Ils considèrent que “mettre en doute le professionnalisme des députés de la délégation sur la base de possibles divergences idéologiques  représente un fait grave qui devrait être pris en considération dans de futures relations entre l'institution, le Parlement européen et les représentants du royaume du Maroc”. Aussi, les eurodéputés ont-ils manifesté leur “déception la plus absolue face à ce manque de respect de la part des autorités marocaines” et chargé le président du Parlement européen, Josep Borrell, au nom du Parlement européen, de transmette cette préoccupation aux institutions concernées du royaume du Maroc.  
R.I./Agences

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !