Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sahara occidental occupé

Le sahara occidental occupé

Actualités sur le conflit du sahara occidental


La fuite en avant du Maroc

Publié par Hassane A sur 9 Octobre 2006, 02:44am

Catégories : #lesaharaoccidental

RABAT REJETTE LE RAPPORT DE L’ONU SUR LE SAHARA OCCIDENTAL
 
 

Constatant que les conclusions du  Haut- Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme (HCDH) lui étaient défavorables, le royaume alaouite persiste à nier dans sa politique négationniste la réalité du terrain.

Dans une lettre adressée, samedi, à Louise Arbour, la première responsable du HCDH de l’ONU, le chef de la diplomatie marocaine s’élève contre le contenu du rapport de l’instance onusienne qu’il a qualifié de “politique”, “partial” et “complaisant”.  “Le gouvernement marocain n’acquiesce pas à la teneur du rapport à cause de sa partialité et sa démarche ouvertement complaisante à l’égard de l’Algérie et du Polisario”, estime Mohamed Benaïssa. Le ministre marocain des Affaires étrangères conteste surtout la partie du rapport relative aux violations des droits de l’Homme dans les territoires sahraouis occupés en affirmant que “ces  violations présumées des droits de l’Homme au Sahara marocain sont absolument erronées alors qu’aucun effort de vérification, a noté le ministre, n’a été fait quant à des allégations de violations commises dans les camps de Tindouf”. Persistant dans son raisonnement, il ira jusqu’à s’attaquer à la mission régionale des Nations unies, qui avait mené en mai dernier une enquête à Al-Ayoune et dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf et à Alger, en remettant en cause les faits qu’elle a constatés sur le terrain. Selon lui, “la mission régionale a failli à son objectif (...) dans ses deux étapes algériennes”. Benaïssa ne s’arrêtera pas là dans son dénigrement du travail réalisé par la mission onusienne. Il affirmera que “les témoignages des victimes des violations des droits de l’homme par le Polisario ont été censurées (...) et les rapports d’Amnesty International, France Libertés ou US Refugee Commitee ont été tout simplement ignorés”. Enfin, le ministre marocain ajoutera que le “rapport, largement asymétrique, consacre sa majeure partie au Sahara marocain et se focalise essentiellement sur le droit de l’autodétermination, tout en occultant la jouissance pleine et entière des droits politiques, économiques et culturels”. Cette réaction officielle ne fait que confirmer la politique de fuite en avant pratiquée par le Maroc depuis le déclenchement du conflit du Sahara occidental, particulièrement lorsqu’il subit des revers sur la scène internationale. Rabat refuse d’entendre parler d’autres choses que de ses thèses, qui sont battues en brèche lors des différents forums mondiaux. Ceci étant, Mohamed Benaïssa n’a fait qu’emboîter le pas à un autre responsable marocain, qui a crié à la manipulation en indiquant que “le Maroc s’interroge sur la main invisible qui est derrière la politisation de ce rapport”. Sous couvert de l’anonymat, ce dernier s’est notamment interrogé sur les raisons que “le rapport utilise un langage étranger à l’ONU, évoque la RASD, République arabe sahraouie démocratique, dont le mot n’a jamais figuré dans la littérature des Nations unies”. Une chose est sûre, le rapport onusien a eu un effet inimaginable sur les responsables marocains, qui étaient loin de s’attendre à voir leurs thèses s’effondrer tel un château de cartes.
En dépit du fait que le rapport du Haut-Commissariat des Nations unies des droits de l’Homme a ôté toute crédibilité à la démarche prônée par Rabat dans le conflit sahraoui, il n’en demeure pas moins que le Makhzen n’en démord pas en continuant à défendre l’indéfendable, en refusant d’admettre la réalité du terrain, rapportée par les enquêteurs onusiens. 
K. ABDELKAMEL

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !