Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sahara occidental occupé

Le sahara occidental occupé

Actualités sur le conflit du sahara occidental


Succession d’échecs de la diplomatie marocaine

Publié par Hassane Le sahraoui sur 28 Février 2007, 21:43pm

Catégories : #lesaharaoccidental

Réserves des Américains, Britanniques, Espagnols et allemands sur le plan d’autonomie
 

L’offensive de charme marocaine pour promouvoir le projet d’autonomie pour le Sahara occidental est loin de recueillir l’adhésion escomptée par le Makhzen. L’accueil froid du chef de la diplomatie allemande est un échec supplémentaire pour Rabat.   

Au cours de l’audience qu’il a accordée à la délégation marocaine composée de Chakib Benmoussa, ministre de l'Intérieur, Taïb Fassi Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, Fouad Ali El-Himma, ministre délégué à l'Intérieur, et Mohamed Yassine Mansouri, directeur général des études et de la documentation, le ministre allemand des Affaires étrangères s’est limité à affirmer à ses hôtes qu’il s’engageait “à informer l'Union européenne des réflexions marocaines à ce sujet”.
Cet accueil, qu’on peut aisément qualifier de froid, constitue un échec supplémentaire pour le royaume chérifien dans son initiative visant à donner du crédit au plan d’autonomie que le souverain Mohammed VI veut appliquer au Sahara occidental. Ainsi, hormis Paris, seule capitale à avoir applaudi la proposition marocaine, les autres pays, ayant reçu la délégation marocaine, se sont contentés de promettre d’en prendre connaissance et d’en étudier le contenu, comme ce fut le cas des Espagnols, des Américains et des Britanniques. L’on relèvera l’absence d’engagement à soutenir ce plan d’autonomie, qui ne correspond pas à la légalité internationale et aux différentes résolutions onusiennes appelant à l’application du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.
Dans ce cadre, le chef de la diplomatie espagnole, Miguel Angel Moratinos, dont le pays n’est autre que l’ancienne puissance occupante du Sahara occidental, a récemment rappelé que toute solution de ce conflit doit prendre en compte le principe de l’autodétermination. Cette série d’échecs pour la diplomatie marocaine coïncide avec la célébration du 31e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Cette occasion a été marquée par la tenue d'une conférence internationale de solidarité avec le peuple sahraoui, à Tifariti, avec la participation de près de 800 participants venus des quatre continents. Saisissant cette occasion, Taleb Omar, le Chef du gouvernement sahraoui, a souligné que l'organisation d'une telle manifestation dans les territoires libérés “atteste de l'existence réelle” de l'État du Sahara occidental, “contrairement aux allégations marocaines”. Mettant l'accent sur la lutte de son peuple pour l'indépendance, il a appelé les organisations internationales, en premier lieu, le Conseil de sécurité et l'ONU, à exercer des pressions sur le Maroc en vue de l'amener à accepter l'organisation du référendum pour l'autodétermination du peuple sahraoui. Par la voix du président Abdelaziz Bouteflika, l’Algérie a réitéré sa position de principe pour la mise en œuvre d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental. “La lutte menée avec tant d'abnégation et d'endurance par le peuple sahraoui ne peut connaître que l'issue de l'autodétermination, principe cardinal consacré par toutes les résolutions des Nations unies”, a notamment écrit le chef de l’État algérien à son homologue de la RASD. Il a également assuré Mohamed Abdelaziz que l’Algérie “ne ménagera aucun effort pour apporter sa contribution à une dynamique de paix s'inscrivant dans l'optique du parachèvement du processus de décolonisation du Sahara occidental”.
 
K. ABDELKAMEL

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !