Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sahara occidental occupé

Le sahara occidental occupé

Actualités sur le conflit du sahara occidental


L’US Western Sahara Foundation plaide pour une date butoir

Publié par Hassan Le sahraoui sur 20 Novembre 2013, 23:02pm

Catégories : #lesaharaoccidental

Elle interpelle l’ONU sur un référendum au Sahara Occidental

L’US Western Sahara Foundation plaide pour une date butoir


Estimant que le statu quo ne pouvait se poursuivre au Sahara occidental, la présidente de l'US Western Sahara Foundation, Mme Suzanne Scholte, presse l’ONU de fixer une date butoir pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental, au-delà de laquelle il faudra contraindre le Maroc à se retirer de ce territoire autonome. 

La présidente de l'US Western Sahara Foundation, Mme Suzanne Scholte, dénonce, dans un entretien accordé à l'APS, “l’occupation illégale” du Sahara occidental par le Maroc, qui n’a que trop duré selon elle, alors que les Sahraouis ont fait confiance à l'ONU qui n’est toujours pas parvenue à organiser le référendum d'autodétermination. 
Pourtant, souligne-t-elle, l’organisation onusienne l’avait promis au peuple sahraoui depuis plus d'une vingtaine d’années. Partant de ce constat, Mme Scholte considère que l’ONU devrait fixer une date butoir pour la tenue d'un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui, au-delà de laquelle les Nations unies, en cas de non-respect de cette échéance, devraient contraindre le Maroc à se retirer des territoires sahraouis occupés. 
Quant à la question des droits de l'homme, la présidente de l'US Western Sahara Foundation s'est dite “tellement fière d'être une Américaine” lorsque les états-Unis avaient proposé, en avril dernier, un projet de résolution au Conseil de sécurité pour l'introduction d'un mécanisme des droits de l'homme au sein de la Minurso (Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental). Dans le même ordre d’idées, Mme Scholte rappelle que la question des droits de l'homme des Sahraouis gagne de plus en plus d'importance dans la sphère politique aux états-Unis, ainsi qu’auprès des ONG des droits de l'homme de renom, telles que Human Rights Watch, Amnesty International et RF Kennedy Center. Elle qualifie cela d’“encourageant” pour avancer dans ce dossier. 
Elle a particulièrement apprécié que l’initiatrice du projet de résolution américain sur les droits de l'homme des Sahraouis présenté au Conseil de sécurité, Mme Susan Rice, qui était alors ambassadrice des états-Unis à l’ONU, est depuis juillet dernier conseillère principale en sécurité nationale du président Barack Obama. Outre cette proche collaboratrice du président Obama, qui est connue pour ses opinions tranchées sur la question des droits de l'homme, Mme Scholte salue le fait que les états-Unis soient représentés actuellement à l’ONU par l'ambassadrice Samantha Power, qui est une spécialiste et fervente défenseur des droits de l’homme. 
“La présence de ces deux fortes personnalités dans ces postes-clés, et en qui le président Obama a pleinement confiance, donne beaucoup d'espoirs quant aux développements positifs sur la question des droits de l’homme des Sahraouis”, soutient-elle. 
Elle estime toutefois que d'autres efforts sont nécessaires pour obtenir l'appui d'autres pays à l'introduction du mécanisme des droits de l'homme au sein de la Minurso et encourager les états-Unis à présenter, à nouveau, au Conseil de sécurité, en avril 2014, un projet de résolution similaire à celui présenté en avril dernier à cet organe de décision de l’ONU.

M. T

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !