Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sahara occidental occupé

Le sahara occidental occupé

Actualités sur le conflit du sahara occidental


Le “Washington Times” avertit contre un silence sur le Sahara Occidental

Publié par Hassan Le sahraoui sur 23 Novembre 2013, 21:23pm

Catégories : #lesaharaoccidental

Le “Washington Times” avertit contre un silence sur le Sahara Occidental


Le roi marocain devrait être prêt à faire face à des questions sur lesquelles sa politique est “carrément en contradiction”, a souligné le journal américain Washington Times

Si le Maroc entretient une relation particulière avec les États-Unis, le journal américain Washington Times a estimé, dans un article consacré à la visite du roi Mohamed VI, que cette relation amicale ne doit surtout pas éloigner Washington de ses valeurs et rester silencieuse face aux violations des droits de l'Homme des Sahraouis par le Maroc. Le quotidien souligne que, lors de sa rencontre prévue hier avec le président Barack Obama, le roi marocain devrait être prêt à faire face à des questions sur lesquelles sa politique est “carrément en contradiction” avec les valeurs et les intérêts américains, à savoir les violations continues des droits de l'Homme et le statut du Sahara Occidental. L’auteur de l'article a noté que la poursuite de l'occupation du Sahara Occidental par le Maroc et la maltraitance de la population sahraouie sont des problèmes d'une extrême importance de par leur gravité. Selon lui, Barack Obama devrait clairement indiquer au roi Mohamed VI qu'il est d’accord avec les résolutions de l'ONU en vertu desquelles le statut du Sahara Occidental doit être décidé par référendum. Le journaliste rappelle que pour soutenir ce référendum, l'ONU a mis en place une Mission de paix en 1991 appelée, justement, “Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara Occidental”, alors que le référendum n’a toujours pas eu lieu. Il relèvera particulièrement que contrairement aux autres missions de la paix de l'ONU, la Minurso ne comporte toujours pas de mécanisme de surveillance des droits de l'Homme. Le Washington Times rappelle que les États-Unis “ont cherché à remettre en cause cette anomalie” en avril dernier par un projet de résolution présenté au Conseil de sécurité mais qui n’a finalement pas abouti. Il a dénoncé le fait qu’au lieu d'accepter que le peuple sahraoui décide de son propre avenir, le roi marocain propose ce qu’il appelle “l’autonomie” pour le Sahara Occidental. Établissant un parallèle avec l'histoire des États-Unis, le quotidien de la capitale US assure que les pères fondateurs des États-Unis n'auraient probablement pas accepté une telle offre d’“autonomie” au sein de l'empire britannique en 1776, et le peuple du Sahara Occidental ne veut également pas d'un tel accord aujourd'hui, mais veut plutôt qu'on lui restitue son pays. Faisant référence au discours prononcé au Caire en 2009, le journal souligne que le président Obama avait, alors, défendu avec éloquence que les actions d'un gouvernement devraient refléter la volonté du peuple qui aspire à la liberté d'expression, à la primauté du droit et à une gouvernance transparente. Barack Obama avait aussi fait valoir qu'il s'agissait de valeurs non seulement américaines mais universelles et que les gouvernements qui défendent ces droits sont plus stables, efficaces et sécurisés. “S'il pense à ce qu'il disait à l'époque, M. Obama devrait demander au roi marocain de soutenir le processus mené par l'ONU et de décider d'un délai, de préférence au début de 2014, pour mettre fin à l'occupation du Sahara Occidental et de libérer tous les prisonniers politiques.” C’est dans cette optique que le quotidien américain a soutenu que dans une “relation mature” entre pays alliés, “le roi marocain doit s'attendre à ce que le président américain soulève ces questions lors de leur rencontre et que ce dernier doit effectivement le faire”. Enfin, le Washington Times, estime que Barack Obama, qui s’est prononcé, à plusieurs occasions, en faveur de la démocratie et des droits de l'Homme, “a maintenant une chance réelle de démontrer qu'il pense ce qu'il dit”.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !